Voyage au coeur de vos intestins

– Dr Tim O’Shea

eiffel

Ce chapitre concerne celles et ceux qui:

ne supportent plus de voir leur corps endurer les maladies, et sont prêt à tout pour arrêter cela ont commencé à se supplémenter mais qui n’ont pas constaté de changement, ou qui ont atteint un plateau sont sujets à des allergies incurables pensent qu’ils n’éliminent pas normalement ont été diagnostiqué de l’une de ces maladies:

    Syndrome de l’Intestin Irritable
    Maladie de Crohn
    Colite chronique
    Syndrome de l’intestin perméable
    Inflammation de l’iléon
    Reflux oesophagien
    Malabsorption
    Candida Albicans
    Fatigue chronique

Il ne s’agit pas simplement de soulager les symptômes de ces maladies mais bien de les guérir; c’est à dire de retourner au fonctionnement normal. Si vous êtes dans une des 4 premières catégories, il y a de fortes chances pour que vous soyez guéri avec les recommandations de de ce chapitre.

Depuis des millénaires, nombre de médecins ont remarqué l’importance des intestins dans la santé générale. Des médecins Grecs et Romains ont deviné que “la mort commençait dans le côlon” (Hippocrate).

Ces soigneurs considéraient le côlon comme le centre vital du corps, un des organe les plus important. De nos jours, l’importance du côlon semble être minimisée par la médecine traditionnelle. On considère le côlon comme les égouts du corps, sans considérer ses fonctions biologiques critiques. En conséquence aux USA, le 3ème cancer le plus répandu est celui du côlon. Les maladies citées ci-dessus sont devenues de vraies épidémies, que les traitements standards ne guérissent pas. Pourtant il suffit de solutions très simples, c’est sûrement qu’on y pense pas.

Comme une tuyauterie

Le tube digestif est un tube dans lequel la nourriture entre et les déchets sortent. Composition : bouche, gorge, œsophage, estomac, intestin grêle, côlon. Il est important de se rappeler que l’intérieur du tube est considéré comme étant à l’extérieur du corps. La nourriture qu’on y trouve n’est donc pas encore entrée dans le sang.

Prenons l’exemple d’un grain de raisin. Vous portez le raisin à la bouche, la mastication libère les enzymes du fruit, qui aident à son découpage en éléments plus petits. Vous avalez le raisin mastiqué qui atterrit dans votre estomac en passant par l’oesophage. Là le raisin est encore broyé et décomposé par les enzymes digestifs. Après environ une heure, l’estomac libère son contenu dans l’intestin grêle.

Celui-ci mesure environ 6,7 mètres. Après que d’autres enzymes soient ajoutés, c’est ici que les particules alimentaires entrent dans le corps. L’intérieur de l’intestin est couvert d’une couche semblable à du velours et des extensions appelées microvillosités. C’est un peu une version microscopique de la mousse d’emballage bossée qui protège les produits fragiles. Cela augmente la surface de l’intestin si bien qu’elle atteint 300 à 400m². Les nutriments des particules de raisin passent à travers la paroi intestinale dans le sang.

Les nutriments continuent d’êtres absorbés pendant quelques heures, puis ce qui reste, qui est censé être les déchets, est propulsé dans la section finale: le côlon.

C’est un tube musculaire d’environ 180 cm de long, composé d’haustrations, qui sont des bosselures disposées le long du tube. A la fin de l’adolescence, le diamètre intérieur devrait être de 5 cm. L’élimination à cet âge doit se faire de manière non-forcée, car le processus de déchets formant une couche n’est pas avancé. Mais avec une alimentation composée de graisses rancies et trop de protéines, le passage devient de plus en plus étroit, ce qui requiert plus d’effort. Se forcer aux toilettes est un signe de côlon bloqué et n’est pas normal.

L’élimination doit se faire sans efforts, le contraire est signe d’un mode de vie toxique. Les adolescents éduqués à manger des aliments crus et frais sont moins enclins à subir cette accumulation de déchets.

C’est là que nous voyons la différence entre moyen et normal: L’adolescent américain typique a une mauvaise alimentation et peu de conseils nutritionnels, mangeant 125g de protéines par jour alors que 25 seraient suffisants. L’adolescent normal, qui est aussi rare qu’un élu honnête au Congrès, a été éduqué à avoir une bonne alimentation, et connaît l’indigestibilité et la pauvreté nutritionnelle de ce qu’on trouve à la cantine. Il y a 3 raisons à l’accumulation d’aliments qui empoisonne l’intestin:

Nous tuons nos bonnes bactéries
L’acidification du corps réduit la production d’enzymes
La plaque mucoïde qui empêche le péristaltisme

Les bonnes bactéries

Décrit par erreur comme l’égout du corps, le côlon est en fait le siège d’une intense activité vitale. Des millions de bonnes bactéries y travaillent pour finir la digestion en utilisant ce qui peut encore être utile pour le corps. Les bonnes bactéries, qui pèsent environ 1,5kg chez l’individu sain et qui se répartissent en 400 espèces, permettent la non-prolifération des mauvaises bactéries (Shahani). La plupart des bactéries dans le monde et dans notre corps semblent en fait bénéfiques pour notre santé

Les bactéries nettoient le monde, en se débarrassant des cellules malades et en décomposition. Vous n’iriez pas passer vos vacances sur une plage sans bactéries, qui serait alors jonchée de poissons morts.
Comment les bonnes bactéries empêchent la prolifération des mauvaises bactéries ? Et bien c’est un peu comme chercher une place dans un cinéma bondé. C’est le même principe avec les bactéries. Il y a un certain nombre de sièges dans le côlon qui, s’ils sont occupés par les bonnes bactéries, ne peuvent alors pas être pris par les mauvaises bactéries. Ces dernières n’ont alors aucune chance de se dupliquer.

Selon la plupart des chercheurs, comme Simon Martin, les probiotiques sont plus nombreux que les cellules de la paroi intestinale. Voici pourquoi les probiotiques sont importants; les gens possèdent en général des cellules cancéreuses, la levure Candida, E. Coli, staphylocoque, streptocoque, et d’autres mauvais organismes, mais ils ne sont pour autant pas malades.

Les chercheurs savent par exemple que la moitié des hommes de plus de 75 ans ont un cancer de la prostate, découvert lors de l’autopsie. Mais seulement 2% en meure. En effet, l’organisme a encapsulé le cancer, c’est à dire empêché son développement. Celui qui a découvert le VIH, le Dr. Luc Montagnier, a expliqué que le VIH lui-même ne peut pas causer le SIDA. Un système immunitaire affaibli est aussi nécessaire.

C’est la même chose avec Candida ou la plupart des autres bactéries. Elles sont limitées par les bonnes bactéries. E. Coli est en fait un probiotique quand il est limité. C’est seulement quand les bonnes bactéries sont tuées que les mauvaises prolifèrent.

Les probiotiques sont donc très importants. Tout se résume à l’équilibre. Le problème est que nos bonnes bactéries sont constamment tuées. Les coupables sont les mêmes que dans le chapitre sur les allergies.

    antibiotiques que nous prenons
    antibiotiques donnés aux animaux que nous mangeons
    antiacides, comme le Zantac, Tagamet, Prilosec, etc
    anti-inflammatoires non-stéroidiens, comme Advil, Excedrin, Motrin, etc
    sucre blanc
    boissons gazeuses
    antihistaminiques
    chlore dans l’eau
    fluor dans l’eau
    café

Sans nos probiotiques, l’étape finale de la digestion ne peut pas avoir lieu dans le côlon , les débris y restent. Les bactéries opportunistes comme Candida albicans commencent alors à régner.

Citons Bernard Jensen, sur la relation entre les mauvaises bactéries et la nourriture non digérée: “… les bactéries et les virus, qui sont des charognards de cellule, ne sont pas là par hasard. Ils sont là car il y a des tissus mal nourris, dépourvus d’enzymes, malades et nécrosés. Ayant un rôle de nettoyeur naturel biologique, ils doivent détruire et éliminer les tissus malades pour empêcher un empoisonnement de l’organisme. Si vous arrêter leur action, vous autorisez un empoisonnement continu par les tissus en putréfaction” Empty Harvest p.113

Jensen parle ici de la nourriture pourrie dans le côlon mais aussi des cellules vivantes malades du côlon lui même, les deux attirant les bactéries. C’est une situation identique dans deux cas:

Nourriture non digérée dans le côlon
Infection bactérienne d’un organe malade (du côlon)

Dans aucun des cas les bactéries ont causé la maladie. Elles essaient de prévenir la maladie en décomposant les tissus. Que ce soit un yaourt moisi dans un côlon bloqué, un renard mort dans la forêt ou des cellules hépatiques infectées chez un alcoolique, les bactéries font juste leur travail de nettoyage.

Lorsque les bactéries sont considérées comme la cause de la maladie plutôt qu’un symptôme, l’approche médicale est de les tuer. Mais c’est comme tuer l’agent d’entretien; à la fin les déchets restent.

Comprendre ce concept est primordial dans une approche holistique. Les aliments non digérés sont présents en trop grande quantité pour que les bactéries s’en débarrassent. Les déchets se collent alors autour de la paroi intestinale, pour la rendre au fur et à mesure douce et brillante. Quand cela arrive, l’absorption est bloquée. (Rogers)

2. Acidification du corps

C’est un peu technique donc n’hésitez pas à passer ce point. Nous parlons du pH et de l’équilibre acido-basique. Le savon est alcalin, les oranges sont acides. Dans le corps, certains endroits fonctionnent bien seulement si le pH est bon. La paroi de l’estomac a par exemple besoin d’être alcaline pour compenser les sucs digestifs. Autrement nous aurions des trous dans l’estomac. Toutes les phases de la digestion sont totalement dépendantes d’un délicat équilibre acido-basique.

Le problème est que la plupart des aliments qui composent notre alimentation récente, Big Mac, frites, pizza, sont acides. Ils baissent le pH du corps qui devient trop acide. La digestion est diminuée, la nourriture reste et pourrie.

Une bouteille de 500 ml de soda a un pH de 2. Très acidifiant. Pour ramener le pH à la normale à 7,3 il faudrait diluer la bouteille dans 38 litres d’eau. Mais comme nous ne buvons pas 38 litres d’eau après un soda, comment le corps gère t-il cela ?
Le sang doit avoir un pH entre 7,3 et 7,45 (Guyton). Sinon, nous mourrons. A cause de tous les aliments acides que nous mangeons, le corps essaie désespérément de maintenir le pH dans l’intervalle. Il essaie d’abord de compenser avec des bicarbonates dans le sang et les poumons. (Guyton, p392)

Ensuite, le corps commence à pousser l’acide dans les tissus, tel que les muscles et les articulations. C’est l’origine de l’acide lactique. Si ce n’est toujours pas suffisant, le corps, dans un dernier effort pour se désacidifier, précipite l’acide sous forme de cristaux solides et sels. C’est le mécanisme des calculs de la vésicule et des reins, des cristaux d’acide urique, plaque, cristaux de cholestérol. Une solution de secours pour se préserver. On considère ces calculs comme des problèmes médicaux, mais en réalité c’est une preuve que notre organisme « fonctionne bien », sinon nous serions mort d’acidose.

Qu’arrive-t-il au côlon en cas d’alimentation trop acide ? Les enzymes, nécessaires pour digérer les aliments, ne fonctionnent pas bien en milieu acide. Les aliments sont censés êtres digérés avant leur sortie de l’intestin grêle, mais ils ne le sont pas. La matière est donc déversée dans le côlon, sans possibilité d’être digérée, ce qui fait qu’elle reste là et pourrie.

Aussi, les minéraux ne peuvent êtres absorbés qu’a un certain pH. Et les minéraux sont essentiels pour la formation des enzymes. Il y a un cercle vicieux: l’acidification du corps réduit les minéraux, qui provoque une réduction des enzymes, qui entraîne la pourriture des aliments dans le tube digestif. Puis au final l’absorption de l’eau, des nutriments et des minéraux est diminuée.

Une autre tâche du côlon est la réabsorption des électrolytes et le recyclage de l’eau dans le sang, si bien que nous ne sommes pas constamment en train de les perdre. Les électrolytes sont des minéraux importants tel que le sodium et le potassium qui contrôlent la charge électrique à travers le corps. Ils sont nécessaires pour qu’une cellule fonctionne normalement. L’idée est que le corps retienne autant d’eau, de sodium, de potassium, de calcium et de magnésium que possible, pour une conservation maximale. Comme nous sommes composés à 70% d’eau, le côlon est l’endroit logique pour la réabsorption car c’est la dernière section du tube.

En cas de maladie, le côlon est bloqué. L’eau et les électrolytes ne sont pas réabsorbés. Où vont-ils ? Dehors. Le corps perd de l’eau, puis déshydratation générale, mort cellulaire, vieillissement prématuré, dommages aux reins, perte des électrolytes, épaississement du sang, etc. Une absorption bloquée est suffisante pour vous tuer lentement.

3. La plaque mucoïde empêche le péristaltisme

La plaque mucoïde est un terme utilisé par beaucoup de médecins holistiques et de chercheurs pour décrire la couche caoutchouteuse uniforme de mucus et de nourriture en putréfaction, qui se compacte années après années le long du tube digestif (Anderson).

Le péristaltisme est la contraction musculaire normale de l’intestin pour éjecter la nourriture en dehors de l’organisme. La plaque mucoïde se forme car l’intestin produit en continu du mucus en réponse à l’irritation créé par la nourriture non-digérée. La nourriture n’est pas censée rester là et pourrir, nous sommes supposés stocker seulement 3 repas. (Jensen)

Sauf que la plupart des américains en stockent 9, 12 ou plus avant que l’un ne sorte. Un temps de transit augmenté est irritant pour la paroi intestinale. Le mucus n’est pas assez puissant pour bouger les toxiques pizza et tacos sans enzymes. Mais de plus en plus de mucus est produit.

Au fur et à mesure, le mucus se mélange avec les éléments les plus indigestes, comme les acides gras trans du barbecue et des chips. Et cela dure des jours, des semaines et des mois. La plaque s’épaissit, durcit, et le côlon grossit en diamètre. Et nous absorbons moins de nutriments et nous perdons de l’eau et des minéraux.

Pour savoir votre temps de transit, mangez quelque chose facilement identifiable comme du mais, cacahuètes, pistaches. Vous saurez alors combien de repas vous stockez. La paroi intestinale contient des muscles censés créer un mouvement continu. Ces muscles deviennent progressivement détendus et affaiblis par la pression de trop de déchets. Le péristaltisme, qui est le mouvement de vague du colon, est alors perturbé d’où un blocage plus important.

La plaque mucoïde bloque l’entrée et la sortie, d’où un manque de nutriments, eau, absorption d’électrolytes, rétention de déchets putréfiés. De plus, des bactéries pathogènes, parasites et Candida se plaisent dans cette plaque où ils sont d’ailleurs protégés des médicaments ou des remèdes aux herbes naturelles. Les chercheurs parlent de cette plaque comme un milieu de culture pour ces organismes. (Forstner)

La plaque mucoïde est décrite comme une réponse à un stimuli non-naturel. C’est une protection naturelle du corps contre un poison. C’est le résultat d’une production constante de mucus par les cellules glycocalyx. Provoqué par la nourriture moderne américaine artificielle, vide, transformée, chargée chimiquement, noyée d’hormones et d’antibiotiques. Beaucoup de médecins ont remarqué que quand la plaque est retirée par un nettoyage, des maladies variées peuvent être guéries.

La plaque mucoïde a été liée au cancer gastrique à cause des mutations des cellules de la paroi. Métaplasie. (Sipponen, Filipe). Pas de surprise, des dommages cellulaires sont provoqués par les blocages, et après un certain temps, des mutations arrivent. Aussi, la sécrétion de mucus constante capture les toxines, mais comme le transit normal est bloqué, les toxines sont bloquées à un endroit, souvent pour des années, entraînant des mutations de cellule.

Dans l’une de ses conférence à San José, Dr. Richard Anderson (26/09/98) a raconté l’histoire d’un de ses patients qui avait subit un lavement à Hawaii quelques années auparavant. Le patient s’était débarrassé de long morceaux de plaque. Après avoir fait sécher sa trouvaille, il l’expédia aux USA pour prouver ce qui lui était arrivé. Quelques jours après, deux agents du gouvernement vinrent à son domicile pour lui demandé s’il avait une explication par rapport au paquet. En effet des chiens de la police avaient détecté le paquet comme suspect, car il contiendrait des explosifs d’après le flair de l’animal. Le patient expliqua que son métier il y a 25 ans était de manipuler des explosifs.

Cette histoire illustre le pouvoir d’un tel nettoyage; le corps a retenu pendant 25 ans assez de ces produits toxiques pour qu’un chien les détecte à travers un paquet. Ce n’est qu’une anecdote, mais Anderson a fait ça pendant 15 ans et a nettoyé des milliers de patients. Il a amassé beaucoup de données cliniques.

Auto-intoxication

Voici comment cela fonctionne; nourriture non-digérée. Ce qui signifie en putréfaction, pourrie, fermentée. Laissez traîner un steak haché et des frites pour voir à quoi cela ressemble. Un côlon bloqué peut même être pire à cause de la longue durée.

Le côlon est normalement étanche à ces poisons pour empêcher leur réabsorption. Il laisse seulement l’eau et les électrolytes passer. Après plusieurs années, l’accumulation chronique de déchets provoque une situation appelée le syndrome de l’intestin irritable. En effet, à force d’irritation, la paroi intestinale devient perméable.

Quand des déchets entrent dans le sang, cela s’appelle une auto-intoxication. Vous vous empoisonnez vous même. Une fois dans le système cardio-vasculaire, les déchets circulent et peuvent se fixer dans n’importe quel organe ou tissu. Ce qui entraîne une inflammation chronique, puis une régénération de l’organe. Voici une liste des maladies qui peuvent arriver:


    Allergies chroniques
    Jaunisse
    Maladie de rein
    Acné
    Hépatite
    Psoriasis
    Migraines
    SIDA
    Arthrite
    Pancréatite
    Fatigue chronique
    Dépression
    Infections
    Fibromyalgie
    Septicémie
    Syndrome des articulations douloureuses
    Dermatite
    Désordres auto-immunes
    Candida albicans
    Cancer

C’est une liste qui provient d’un article de Léo Galland, qui a fait des recherches étendues, étayées par 150 références.

C’est d’ailleurs amusant que les gens normaux comprennent le concept immédiatement car ça semble logique. C’est souvent les médecins et les nutritionnistes qui doutent de l’hyperperméabilité.

Même s’il est documenté dans les meilleurs journaux médicaux, le Syndrome de l’Intestin Irritable n’est pas enseigné dans les programmes de médecine. Il n’est pas expliqué au nutritionnistes et aux diététiciens. La plupart de ces gens concluent alors que puisqu’ils n’en ont pas entendu parler, alors alors le syndrome de l’intestin irritable n’existe pas.

Le Dr Galland décrit le phénomène; de larges molécules de la matière toxique passent à travers la paroi intestinale puis dans le foie avant d’être dispersées dans le sang. Il décrit aussi la création des radicaux libres et d’autres intermédiaires réactifs qui résultent de la détoxification du foie, et qui eux-mêmes peuvent passer dans le sang si la charge à détoxifier devient trop grande pour le foie.

Le Dr Galland indique qu’une grande variété de maladies découlent de ce mécanisme. De plus, des marqueurs spéciaux ont étés mis en place pour mesurer les toxines qui passent dans le corps (S. Martin)

Jensen affirme que le nom des maladies décrit l’endroit où les toxines se déposent. Candida albicans, la levure opportuniste, peut être à la fois une cause ou une conséquence du syndrome de l’intestin irritable. Une fois que Candida s’est abritée dans l’intestin, la levure s’ancre à la paroi, ce qui cause des ouvertures par lesquelles de larges molécules, des toxines et Candida elle même peuvent rejoindre le sang. (Simon Martin)

La docteur en médecine Sherry Rogers a déclaré que le Syndrome de l’Intestin Irritable est une cause principale de maladies auto-immunes comme la sclérose en plaque, polyarthrite rhumatoïde et lupus systémique. Elle dit que ces maladies peuvent être le résultat de la “formation d’auto-anticorps due à l’épanchement de tissus corporels ressemblant aux antigènes”

Temps de transit

Parlons de la propulsion, l’élimination normale implique des contractions rythmique des muscles du côlon, pour pousser les déchets dehors. C’est ce qu’on appelle le péristaltisme.

Il est normal d’aller à la selle deux fois ou plus par jour. Un temps de transit normal est de 24h. Cela veut dire qu’il devrait y avoir au maximum deux à trois repas à l’intérieur du tube digestif. Le petit-déjeuner du jour pousse celui de la veille.

La matière fécale toxique est supposée quitter le corps en un jour. Beaucoup de gens pensent qu’il est normal d’éliminer tous les deux ou trois jours ou plus. Cela veut dire qu’ils ont neufs repas ainsi que les déchets associés, dans leur intestins tout le temps.

Vous pouvez déterminer votre temps de transit en avalant un aliment reconnaissable comme du maïs.

La nourriture moderne a augmenté le temps de transit pour deux raisons:

Elle est indigeste
Elle manque de fibre

Le côlon devient alors un terreau de développement pour les bactéries pathogènes, ce qui ajoute à la charge toxique, qui est aussi absorbée à travers le côlon. Après avoir lu le chapitre Allergies, vous savez que cela s’appelle l’hyperperméabilité de la paroi intestinale. Tous les déchets entrent dans le sang et ont accès à chaque cellule du corps.

Le syndrome peut être encore pire, imaginons beaucoup de chips et de margarine, sans enzymes. Moins d’un verre d’eau par jour. C’est une vraie recette de ciment. Tout cet amas de déchets toxique incrusté dans le côlon grossit indéfiniment.

Un gros ballon

Le côlon est très extensible, il peut grossir jusqu’à cinq fois sa taille. Les chirurgiens parlent de côlon grossit jusqu’à 30cm. Avec une ouverture centrale de la taille d’un crayon. (Tissue Cleaning P.27). Les techniciens qui mesurent le pourcentage de graisse ont constaté une chose étrange; qu’il existe beaucoup de gens avec un niveau de graisse normal mais qui ont un énorme abdomen.

Un gros père Noël avec de petites jambes, c’est ce qu’on voit mais la raison est un côlon bloqué, avec des ordures amassées qui le rendent cinq fois plus gros. (Rich Anderson). Ce processus est normal car s’il ne marchait pas, beaucoup de gens seraient morts dans leur vingtaine car leur côlon serait obstrué.

Dans son livre, le Dr. Richard Anderson nous révèle ce qu’un médecin lui a dit à ce sujet. Après que Anderson eu finit son exposé sur la plaque mucoïde, ce médecin ajouta: “J’ai passé 12 ans à travailler dans le domaine des diagnostiques post-mortem, j’ai pu observer des milliers de cadavres disséqués, et ce qui vient d’être dit est vrai. C’est présent chez chaque personne. Nous avions une manière d’attacher un tuyau en haut de l’intestin, puis avec de puissants produits chimiques, nous évacuions tout ce qui était à l’intérieur.

J’ai vu de gros “ventres à bière” ou d’autres prétendus grosses personnes perdre toute cette masse en 5 minutes. Ce n’était pas du gras mais la plaque mucoïde. Et dans cette substance nous constatons la présence de vers, bactéries, champignons, et d’autres. C’est presque incroyable que des gens puissent vivre avec toute cette horreur en eux. Ces personnes étaient mortes, et ce n’était pas dur de savoir pourquoi.” (Anderson P2-46)

Le chirurgien Dr. Harvey Kellog, du Sanitarium Kellog à Battle Creek Michigan, qui a travaillé sur des personnes vivantes, est aussi d’accord: “Sur les 22000 opérations que j’ai réalisé, je n’ai jamais vu un seul côlon normal. Sur les 100000 faites sous ma surveillance, pas plus de 6% étaient normaux.” Le Dr Kellog estime que plus de 90% des maladies de civilisation sont le résultat d’un côlon bloqué et dysfonctionnel” (Iridology, The Science and Practice p.408)

Si des gens “normaux” peuvent avoir jusqu’à 10 kgs de nourriture non-digérée dans le côlon, combien est ce que les obèses peuvent en avoir ? 25 ? 50 ?

Passons à un peu de plomberie. Le côlon commence dans la partie droite et basse de l’abdomen, remonte de 20 cm environ puis part à angle droit jusqu’au côté gauche. Ensuite il repart en bas puis sort. La portion du côlon qui commence à droite pour finir à gauche s’appelle le côlon transversal.

Les chercheurs en gastro-entérologie savent qu’un côlon transversal encombré peut provoquer son prolapsus et pendaison. Ce qu’il fait qu’il est anormalement en contact avec d’autres, tel que la vessie, l’utérus, la prostate ou les ovaires.

Le Dr Stephen Chang de l’université de Californie a montré que le phénomène de l’intestin irritable combiné à l’effondrement du côlon peut provoquer une toxification, une infection et une maladie sur n’importe quel organe qui est en contact avec ce côlon. (Ross Anderson). Ce serait donc inefficace de traiter ces nouvelles infections isolément, sans s’occuper du problème d’auto intoxication, n’est ce pas ?

Reflux

Le reflux intestinal, gastrique ou œsophagique ont une cause commune. les tuyaux sont bouchés donc quand vous commencez à manger vous êtes déjà plein. Les sucs gastriques refluent et brûlent la paroi fragile de l’œsophage. Cette condition est souvent confondue avec une hernie hiatale, qui est quelque chose de complètement différent.

L’explication est pourtant simple, et quand la pression disparaît grâce à un lavement du côlon, le reflux n’apparaît plus. Ce dernier n’était pas la cause du problème, mais un des symptômes de l’obstruction.

Mon site vous donne beaucoup d’informations, plus que ce que les médecins voudraient penser. Le point de vue du corps médical sur le côlon est celui des égouts. Ce qui est plus simple à traiter, avec l’usage de laxatifs, qui font évacuer les aliments les plus récents par leur action irritante et corrosive. Mais tous les déchets cimentés restent. Environ 44% des américains ont besoin de laxatifs pour éliminer.

Avec 23 milliards de dollars dépensés en antibiotiques par an, on ne se soucie pas non plus de la repopulation du côlon. Les laxatifs corrosifs apportent un jour ou deux de soulagement, mais la cause cachée reste. Les antibiotiques tuent toutes les bactéries, mais pourquoi les mauvaises étaient présentes à l’origine? La nourriture pourrie encore une fois. Et les bonnes bactéries tuées ne seront que difficilement remplacées.

Parlons maintenant d’un des médicament les plus utilisé; le Prilosec. Comme vu dans le chapitre sur les enzymes, il inhibite la sécrétion d’acide chlorhydrique. Le raisonnement est le suivant; comme le patient se plaint de douleurs d’estomacs, de brûlures et de mauvaise élimination, la cause doit être une quantité trop importante d’acides produits par l’estomac. Le Prilosec empêche donc la sécrétion et les brûlures s‘arrêtent. Sauf que la digestion s’arrête aussi.

Sans acide chlorhydrique, les protéines ne sont pas dégradées et s’entassent parmi les autres déchets. C’est ce qu’on appelle traiter le patient en lui faisant du mal. En cas de reflux, un nettoyage du côlon permet aux aliments de l’intestin de descendre normalement ce qui évite le débordement d’acide. C’est pourtant simple, mais les remèdes naturels ne sont pas souvent considérés, car ils ne participent pas à la vente de médicaments.

Un autre médicament, le Propulsid, fonctionne en forçant les aliments en dehors des intestins. Malheureusement, il a provoqué beaucoup de crises cardiaques. C’est pourquoi il a été retiré du marché dans un délai de 6 mois après la découverte de l’effet secondaire. (Rubin). C’est une procédure standard, quand la FDA sait qu’un médicament est mortel, elle le laisse encore quelques temps pour que les industriels fassent encore un peu de profit.

Dans le côlon, la réabsorption d’eau et des électrolytes est empêchée par la couche de déchets collée à la paroi. En rajoutant une flore intestinale affaiblie, il en résulte déshydratation et indigestion. Les débris toxiques commencent alors à irriter la délicate paroi intestinale. L’aspirine, Motrin et Tylenol endommagent encore plus la paroi. (Rogers)
L’inflammation chronique de la paroi intestinale; la colite, est une vraie épidémie. C’est un précurseur du cancer. Une fois détoxifiés, les patients trouvent que leur colite n’est plus qu’une vieille histoire.

Le cancer du côlon

C’est actuellement le 3ème cancer le plus fréquent aux USA. La raison en est simple: blocage des flux entrants et sortants par la plaque, cellules superficielles de la paroi baignées dans les toxines pendant des mois, sans pouvoir absorber de nutriments ou se débarrasser de ses déchets.

Le côlon a aussi été associé avec le chlore dans l’eau du robinet. (Voir le chapitre sur l’eau). Le mécanisme est simple; le chlore stérilise le côlon en tuant les bonnes bactéries qui y vivent. Un rapport de 1989 de Oak Ridge Associated Universities a montré une corrélation entre l’utilisation de chlore pendant 15 ans dans l’eau municipale de Denver et l’incidence de cancer. (Eco-Update)

Sans flore intestinale, les déchets s’accumulent et polluent la paroi intestinale. Ce qui empêche les cellules de bien fonctionner; c’est à dire se nourrir et évacuer les déchets. Beaucoup de cellules meurent mais d’autres mutent. C’est la définition du cancer; des cellules mutantes et altérées. Des portions du côlon peuvent devenir très étroites et sont facilement bloquées par des déchets durs.

C’est ce qui est à l’origine de la maladie de Crohn, une grande force est alors nécessaire pour propulser ces déchets d’un côté à l’autre du rétrécissement. Entre ces goulots, des poches de poison sont donc prises au piège. Elles sont très propices au développement de mauvaises bactéries et de parasites. Ces bactéries produisant elles mêmes des déchets, imaginez le potentiel d’auto-intoxication.

L’ultime réflexe pour expulser le poison entraîne des crampes abdominales douloureuses des muscles de la paroi du côlon. C’est la colite spasmodique. Le problème n’est pas avec le côlon, mais avec l’humain qui continue à s’empoisonner.

La colectomie, ou l’ablation d’une partie du côlon, est une recommandation médicale courante en cas de problèmes persistants. Parfois, les déchets sont se sont transformés en une sorte de caoutchouc, ou calcifiés un peu comme du ciment. Les laxatifs et autres ne résoudront pas le problème, la pensée médicale unique est que si les médicaments ne fonctionnement pas, alors il faut couper quelque chose.

C’est la méthode Norauto; le corps est une voiture. Pas vraiment une méthode holistique, mais ça paie. Et c’est traditionnel. Un résultat courant est que les tissus morts laissés après l’opération peuvent former peu après une obstruction semblable à l’originale.

Pour le cancer du côlon, l’ablation est commune. Un nettoyage n’est même pas envisagé à ce point. Ce qu’ils ne vous disent pas est que le cancer réapparaît après dans un cas sur trois. (Yamada P.1801). C’est logique, car si vous ne retirez pas la cause du cancer; l’auto-intoxication, qu’est ce qui l’empêche de revenir?

Les allergies

Le lien entre celles-ci et le SII (Syndrome de l’intestin irritable) est maintenant visible. La plupart des allergies sont dues à l’alimentation, et le SII est un mécanisme qui explique cela: de la nourriture non-digestible, pourrit dans le côlon, s’épanche dans le sang, symptômes allergiques. Si votre médecin ne trouve pas la cause des allergies, lisez donc le chapitre Allergies: le seuil de réactivité.

Comme nous n’avons vu, le côlon est le centre de la santé, s’il fonctionne mal, c’est tout le corps qui est impacté. Les traitements devraient se concentrer sur la remise en état de l’organe.

Dans les années 20, Le prix Nobel Dr. Alexis Carrel commença son expérience fameuse dans laquelle il prouva qu’une cellule vivante pouvait être gardée indéfiniment vivante grâce au contrôle des nutriments et de l’évacuation des déchets. Après 28 ans, la cellule hépatique de volaille était toujours en vie dans sa boite de pétri. Et le Dr. Carrel démontra sa théorie.

Dans un côlon bloqué, toutes les cellules du corps souffrent, l’auto-intoxication empoisonne le corps entier, tous ses tissus et ses organes. Ça peut être la cause de presque n’importe quelle maladie, et particulièrement celles dont on ne connaît pas la cause. Le docteur JH Tilden est allé plus loin en disant que cet empoisonnement du sang était la seule maladie. (Toxemia Explained).

Pourtant, le côlon ne fonctionne pas bien chez la majorité des américains. Le taux de mortalité n’a cessé d’augmenter depuis 1971. L’autre côté du miroir est donc qu’un côlon débloqué permet d’être en bonne santé, les maladies ne peuvent pas coexister dans un corps en bonne santé.

Maintenant, dans quelle situation pensez vous être? Concerné ? Malade ? Ventre à bière ? Fonctionnant à peu près, mais peut-être victime de plaque ? Même les côlons les plus sains aiment être nettoyés.

Les solutions

L’hydrothérapie du côlon pratiquée par un professionnel reconnu est plus qu’un simple énéma. Mon opinion est que c’est un bon moyen de commencer un nettoyage. Mais pratiquée trop souvent, elle empêche la prolifération des bonnes bactéries, qui sont évacuées. En revanche, pour une personne qui veut se détoxifier, l’hydrothérapie est efficace.

Les ajustements spinaux peuvent avoir un effet immédiat et important sur les pathologies du côlon, comme dans le cas du SII. Le plexus nerveux est utilisé par le cerveau pour contrôler le côlon. Ces nerfs émanent de la moelle épinière entre les vertèbres lombaires. Ils activent ou désactivent le côlon et sont impactés par les spasmes.

L’ajustement spécifique des vertèbres concernées peut faire disparaître le spasme instantanément et pour que le côlon refonctionne normalement. C’est un principe biomécanique essentiel.

Un massage des viscères effectué par un thérapeute peut être temporairement bénéfique. Il existe beaucoup de traitements naturels pour le côlon. Mais ils n’impliquent pas d’utilisation de médicaments, et ne sont donc pas remboursés. Il y a plusieurs moyens de se nettoyer naturellement et holistiquement, en utilisant principalement des herbes.

La manière la plus simple et sûre que j’ai testé est un mélange d’herbes appelé Expel. (Possibilité de commander sur le site). Il n’est pas corrosif ou irritant. En buvant suffisamment, ces herbes semblent disloquer les blocages chez la plupart des gens. Avec la plupart du temps des résultats immédiats. La couche peut prendre des semaines voir des mois à enlever, mais les patients constatent que la prise de Expel fonctionne petit à petit.

Une autre méthode de nettoyage a été établie par Dr. Anderson de Mt. Shasta, Californie, qui possède aussi une clinique au Mexique. Son objectif est d’enlever cette plaque qui va de l’intestin grêle au côlon. Celle-ci est documentée dans des dizaines de revues médicales citées dans son livre.

Mon objectif est que le traitement soit facile, simple et fasse effet sur le corps d’une manière holistique, pour qu’il retrouve le fonctionnement qu’il a perdu. C’est à dire construire la flore intestinale, manger sainement, retrouver une digestion et élimination efficace. Pour cela, nous avons besoin du programme sur 60 jours.

Le programme sur 60 jours

Affichez la Nouvelle Alimentation Occidentale sur votre frigo et aux endroits de tentations

Pas de produits laitiers; lait pasteurisé, fromage, beurre, yaourt, yoghourt, sauces préparées, crème, crème glacée
Pas de sucre blanc; gâteaux, viennoiseries, sodas, bonbons, autres desserts tout faits
Mangez beaucoup des aliments autorisés, n’ayez jamais faim
Boire 2 litres d’eau par jour (pas d’eau du robinet)

3 gélules d’enzymes 3 fois par jour, voir le supplément
1 à 4 gélules d’Expel
3 à 6 capsules par repas de Florabiotics
Arrêtez vos prises de médicament si possible
Ajustez votre colonne vertébrale.

Voici les éléments d’un nettoyage de votre côlon. Le faire à moitié ou de votre manière ne marchera pas.

Organismes de sol

Les dernières tendances pour les suppléments concernant le côlon sont des capsules contenant des “organismes à base de sol”. C’est une arnaque. Elles contiennent jusqu’à 38 souches de bonnes bactéries. Il est donc supposé que 38 souches sont présentes dans le côlon, mais en réalité, seulement 5 d’entre elles sont trouvées dans les intestins humains.. Le reste est au niveau des racines de plantes. Tout le monde sait que les bactéries sont nécessaires à l’absorption des minéraux par les racines, mais il n’est pas sérieux de les comparer à celles trouvées dans le côlon humain. Ces bactéries ne peuvent pas être définies comme probiotiques, il n’existe aucune étude sérieuse qui supporte cela. Quelqu’un pense qu’en prenant des bactéries présentes dans le sol il va améliorer sa situation. Ne tombez pas dans le piège.

Vous risquez donc d’entendre parler de ces cures miracles à base d’organisme de sol. Il est en fait plus probable que le corps cherche à s’en débarrasser. La plupart des gélules contiennent aussi des mélanges d’herbes, ce qui fait qu’elles ont une certaine efficacité de ce côté là. Le meilleur conseil est donc de choisir un produit seulement à base d’herbes non-corrosives.

Copyright MMV

REFERENCES

Garrett, Laurie — The Coming Plague— 1996 Penguin New York
Parrilli, G— “Changes in intestinal permeability to lactulose induced by cytotoxic chemotherapy” —Cancer Treat Rep 1982Jun;66(6):1435-1436
Haubrich, WS— “The ebb and flow of gut fluids” — Gastrointest Endosc 1980May;26(s Supple):15-25
Phillips, S— “The gut is a membrane, is a vesicle, is a gut!” — Gut 1987 Jun;28(6):650-2
Dalton, HP— “Etiology of Bacteremia” — Va Med Mon 1071 Dec;98(12):660
Carrel, Alexis, MD— Man, The Unknown— 1939 MacFadden Publications NY
Oak Ridge Associated Universities— “Eco-Update” — Acres USA Apr 1989
Jensen, Bernard — Empty Harvest—Avery, 1990
Jensen, Bernard — Tissue Cleansing Through Bowel Management 1981
Tilden, JH, MD — Toxemia Explained 1926
Guyton, AC, MD —Textbook of Medical Physiology — 1996 Saunders
Galland, Leo, MD— “Leaky Gut Syndrome: Breaking the Vicious Cycle” — 1995
Martin, Simon— “Intestinal Permeability” — BioMed Newsletter no.11, May 95
Rogers, Sherry MD— Townsend Letter for Doctors– Feb-Mar 1995
Anderson, Richard, ND — Cleanse and Purify — 1998
Yamada, T— Textbook of Gastroenterology– 1991 Lippincott Co.
Forstner, JR “Intestinal Mucins In Health and Disease” Digestion 1978; 17(3) p234
Sipponen, P— “Intestinal Metaplasia With Colonic-Type Sulphomucins in the Gastric Mucosa: Its Association With Gastric Carcinoma” — Acta Pathologica Microbiologica Scandinavia 1980;88 p 217

Filipe, M “Transitional Mucosa” — Histopathology 1984 July; 8(4) p707
Jensen, Bernard — Iridology: The Science and Practice of the Healing Arts — vol.II 1982
Anderson, Ross ND— “The Vibrant Health That You Deserve” — video 1995
Lappe, M PhD —- Against the Grain —Common Courage– 1998.